Sécurisation des frontières : La Côte d’Ivoire Investit 85 milliards FCFA sur cinq ans

Le Conseil des ministres de Côte d’Ivoire a adopté une communication concernant l’adoption de la Politique nationale de gestion intégrée des Frontières de la Côte d’Ivoire (PNGIF-CI) et son plan d’actions, a annoncé Amadou Coulibaly, porte-parole du gouvernement, à l’issue de la réunion du 12 juin 2024.

La mise en œuvre de cette politique, qui s’étendra sur une période de dix ans, est prévue pour un coût total de 85 milliards de FCFA pour les cinq premières années, couvrant la période 2023-2023. Ces premières années sont destinées à la réalisation des actions les plus urgentes et prioritaires, dans le but de renforcer la sécurité et d’améliorer les conditions de vie des populations des zones frontalières.

La PNGIF-CI constitue le cadre de référence pour toutes les actions de l’État visant à sécuriser les frontières terrestre, maritime et aérienne. Elle vise également à améliorer le cadre de vie et le bien-être des populations résidant dans ces zones stratégiques.

Six axes stratégiques pour une sécurisation renforcée

Cette nouvelle politique est structurée autour de six axes principaux. Parmi eux, la coopération transfrontalière figure en bonne place, soulignant l’importance de la collaboration avec les pays voisins pour une gestion efficace des frontières. En outre, la délimitation et la démarcation des frontières nationales sont des priorités, afin de prévenir et de résoudre les différends frontaliers potentiels.

La sécurisation des zones frontalières est un autre axe majeur de la PNGIF-CI. Cela inclut des mesures pour renforcer la présence de l’État et des forces de sécurité dans ces régions, afin de lutter contre les activités illicites et d’assurer la protection des populations. Le renforcement des infrastructures et des services de base dans les zones frontalières est également crucial. Il s’agit d’améliorer les conditions de vie des habitants en développant des infrastructures telles que les routes, les hôpitaux et les écoles, ainsi que d’autres services essentiels.

Un investissement stratégique pour la stabilité et le développement

Le financement de 85 milliards de FCFA sur les cinq premières années reflète l’engagement du gouvernement ivoirien à sécuriser ses frontières de manière efficace et durable. Ce plan ambitieux témoigne de la volonté des autorités de protéger les territoires nationaux et de garantir la sécurité de ses citoyens.

En outre, cette initiative vise à créer un environnement propice au développement économique et social des régions frontalières. En améliorant les infrastructures et les services de base, le gouvernement espère non seulement renforcer la sécurité, mais aussi stimuler le développement local et réduire les inégalités entre les régions.

Les défis de la mise en œuvre

La mise en œuvre de la PNGIF-CI ne sera pas sans défis. La coopération avec les pays voisins sera cruciale pour le succès de cette politique. Les questions de délimitation des frontières peuvent souvent être sources de tensions, et une approche diplomatique et concertée sera nécessaire pour résoudre ces différends.

De plus, le développement des infrastructures dans les zones frontalières nécessitera une coordination efficace entre les différentes agences gouvernementales et les partenaires internationaux. Il sera essentiel de garantir que les fonds alloués soient utilisés de manière transparente et efficace pour atteindre les objectifs fixés.

L’adoption de la Politique nationale de gestion intégrée des Frontières de la Côte d’Ivoire (PNGIF-CI) marque une étape significative dans l’effort du gouvernement pour sécuriser ses frontières et améliorer les conditions de vie des populations frontalières. Avec un investissement substantiel de 85 milliards de FCFA sur les cinq prochaines années, cette initiative démontre l’engagement de l’État à protéger son territoire et à promouvoir le développement économique et social dans les zones stratégiques. Les défis à relever seront nombreux, mais la volonté politique et la coopération régionale seront des atouts déterminants pour le succès de cette politique.

Akoi Mel

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *