Chaleur extrême en Côte d’Ivoire : La SODEXAM tire la sonnette d’alarme

La Côte d’Ivoire fait face à une vague de chaleur sans précédent, avec des températures atteignant jusqu’à 41°C au cours des trois premiers mois de l’année 2024. Ces chiffres, annoncés par la Société d’exploitation et de développement aéroportuaire, aéronautique et météorologique (SODEXAM), sont bien au-dessus de la moyenne habituelle dans le pays.

Selon Daouda Konaté, directeur de la Météorologie nationale à la SODEXAM, cette hausse exceptionnelle des températures est principalement due au phénomène climatique mondial El Niño, qui a été annoncé dès 2023. Les répercussions de ce phénomène se font sentir à travers des déficits pluviométriques, la sécheresse dans certaines régions et la rareté des ressources en eau.

Pour faire face à cette situation, Daouda Konaté appelle les personnes vulnérables à se protéger de la chaleur en restant à l’abri et en s’hydratant régulièrement pour éviter les maladies associées à la chaleur.

Le rapport climatique de 2023 de la Côte d’Ivoire, également évoqué lors de la tribune, révèle une augmentation de 15% de la pluviométrie moyenne par rapport aux 30 dernières années, avec une moyenne de 1600 mm de pluie. En ce qui concerne les températures, une hausse de 0,8°C par rapport à la moyenne a été enregistrée, avec une moyenne de 27,2°C en 2023.

Daouda Konaté souligne également que les cumuls pluvieux attendus pour l’année 2024 seront inférieurs à la moyenne, mais cela n’exclut pas la possibilité de fortes pluies pendant la saison des pluies, avec un pic prévu en juin.

Face à ces prévisions, il exhorte les populations vivant dans les zones à risque à évacuer afin de prévenir les pertes en vies humaines potentielles. En cas de phénomènes météorologiques atteignant une cote d’alerte supérieure à l’orange, l’Office national de la protection civile (ONPC) et la SODEXAM transmettent les informations au gouvernement, qui peut décréter une alerte de niveau rouge et ordonner la suspension des services, y compris les transports.

 

Akoi Mel

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *